Démarrage

HISTOIRE DE LA VILLE DE SCHWETZINGEN

DES DOCUMENTS ET CERTIFICATS D'ARCHEOLOGIE

Schwetzingen est évoquée pour la première fois dans les archives du monastère de Lorsch, le 21 décembre 766, à l'occasion d'un don. Le nom usuel d'alors, Suezzingen, vient du nom de personne Suezzo et signifie « l'endroit de Suezzo ». Les découvertes archéologiques montrent cependant que le territoire de la ville actuelle était déjà habité beaucoup plus tôt.

Codex de Lorsch

On a découvert, en 1988, à Schälzig, un nouveau quartier de Schwetzingen, des traces de l'un des cimetières de céramique à ruban les plus grands d'Allemagne du Sud-Ouest. Les premières populations agricoles sédentaires de la culture néolithique, se sont installées ici il y a plus de 7000 ans. On trouve, dès lors, de nombreuses preuves de cultures préhistoriques et historiques de l'époque celtique, ainsi que du temps de l'occupation romaine et de la tribu germanique des Neckarsueben. Des sépultures de l'époque mérovingienne, confirmées par des inscriptions dans le Codex de Lorsch, montrent que Schwetzingen se composait alors d'un village haut et d'un village bas. Le château de Schwetzingen a probablement été construit, au 13ème siècle, entre ces deux colonies.

Le château de Schwetzingen, alors un château fortifié des Chevaliers d'Erligheimer, a été mentionné pour la première fois dans un document datant en 1350. Elsbeth von Schonberg y a alors instauré un droit de séjour permanent dans la « forteresse » de Schwetzingen pour le comte palatin Ruprecht. C'est ainsi que le château et ses biens sont venus très progressivement en possession du Palatinat. Le comte palatin, résidant à Heidelberg et les futurs princes du Palatinat venaient volontiers et souvent à Schwetzingen tout proche pour chasser dans les forêts du Hardt riches en gibier.

DESTRUCTION, RECONSTRUCTION ET PREMIER AGE D'OR

Comme la quasi-totalité du Palatinat, Schwetzingen a presque entièrement été détruite lors de la guerre de Trente Ans, puis en 1689, lors de la guerre de Succession d'Orléans. Le prince Johann Wilhelm fit reconstruire le château, qui devint, en 1720, la résidence d'été de son successeur Carl Philipp. Il a fait transformer la route vers Heidelberg, qui partait directement de la cour du château, en allée rectiligne bordée de mûriers. On aperçoit encore aujourd'hui son parcours depuis le pied de la Chaise du Roi à Heidelberg jusqu'à Schwetzingen ainsi que sa poursuite vers l'ouest en tant qu'axe visuel jusqu'au Kalmit, la plus haute montagne de la forêt du Palatinat.

Place du château de Schwetzingen

Sous le prince Carl Theodor, qui prit le pouvoir en 1742, l'allée des mûriers, l'actuelle rue Carl-Theodor, est devenue l'élément déterminant et urbanistique de la transformation baroque de la résidence d'été. Le long de cette allée, également essentiel pour l’expansion des jardins du château, a été construite à partir de 1748 la « Nouvelle Ville » avec sa place du marché, actuellement place du château, et les quatre carrés de bâtiments contigus à l’est. L'intention était de réunir les quartiers auparavant distincts les uns des autres et surtout de créer ainsi un nouveau centre urbain entièrement centré sur le château. L’ascension de Schwetzingen, propulsée au rang de place tournante commerciale, est survenue en 1759 avec l'autorisation d'un marché hebdomadaire et de deux marchés annuels.

Le plus grand projet de construction du 18ème siècle fut la création de jardins comptant parmi les plus splendides d’Europe : le parc du château de Schwetzingen. Le jardin paysager à l'anglaise de Ludwig von Sckell, se situant dans le prolongement du jardin baroque strict de Nicolas de Pigage, forme avec ce dernier une symbiose unique en son genre. De nombreux bâtiments, tels que le temple d'Apollon ou la mosquée témoignent du niveau d’instruction élevé du souverain.

SCHWETZINGEN DEVIENT LA VILLE AUX ASPERGES

Au début du 19ème siècle, le grand-duché de Bade mit la main sur la ville de Schwetzingen qui devint le centre et le siège du nouveau district. Cette nouvelle fonction de centre administratif et ses allures de ville, les importantes recettes d’impôts ainsi que l’administration de la cour, existante en raison du château et des jardins déjà réputés à cette époque, ont poussé le grand-duc Léopold à conférer à Schwetzingen le statut de ville en 1833.

En-tête de la société Hassler

L'industrialisation débuta en 1850 et se fonde sur les cultures intensives de houblon, de tabac et d’asperge. Surtout l'asperge, qui fut cultivée pour la première fois dans les jardins du château en 1668 et qui fut ensuite améliorée par la culture à la fin du 19ème siècle, s’imposa comme un produit de grande qualité et de renommée mondiale.

Des entreprises, comme la conserverie Bassermann ou l'usine de cigares Neuhaus, s’installèrent à Schwetzingen suite à son raccordement à la ligne de chemin de fer de vallée du Rhin en 1870, ce qui leur permit de distribuer leurs produits à travers le monde.

Après la Seconde Guerre mondiale, à laquelle Schwetzingen a relativement bien résisté, la structure industrielle de la ville changea. Les grandes entreprises agro-alimentaires nécessitant beaucoup de main-d'œuvre firent place à des entreprises de taille moyenne performantes du secteur des services, notamment grâce à l'attractivité touristique dont jouit Schwetzingen. De plus amples informations et des brochures sur la ville et son histoire sont disponibles auprès des services administratifs de la ville. Les archives de la ville de Schwetzingen proposent une série de publications traitant en détails certains aspects historiques. De nombreux ouvrages sur la ville et le château de Schwetzingen sont également disponibles en librairie.

Histoire de la ville de Schwetzingen

Schwetzingen es t évoquée pour la première fois dans les archives du Cloître de Lorsch, le 21 décembre 766, à l'occasion d'un don. Le nom usuel d'alors, Suezzingen, vient du nom de personne Suezzo et signifie « de l'endroit de Suezzo ». Les découvertes archéologiques montrent cependant que la superficie de la ville actuelle était déjà habitée beaucoup plus tôt.



Événements

Personne á contacter

Herr Joachim Kresin
Sachgebietsleiter
Telefon: +49 (62 02) 8 71 36
Fax: +49 (62 02) 8 71 11
Bâtiment: Hebelstraße 1
Salle: Stadtarchiv
Frau Dr. Barbara Gilsdorf

Sachgebietsleitung

Telefon: +49 (62 02) 8 74 84
Fax: +49 (62 02) 8 74 87
Bâtiment: Wildemannstr. 1